organisation du SIED
historique SIED
le réseau du SIED
les sources du SIED
les sources du SIED
analyses
prix
com_syndicaux
rapport_eau
marchés_publics
actualites du SIED
contact SIED
lexique SIED

Un eau pure de montagne qui taverse la vallée...

En bas de la chute, elle pénètre en partie les clapières et ressurgit 500 mètres plus bas, à la source de la Dhuy.

Alimentée en permanence, cette source fournit une eau limpide aux caractéristiques stables et d’une exceptionnelle qualité.

Si à l’époque le projet a pu paraître audacieux et risqué, aujourd’hui qui s’en plaindrait ?

Captée à sa source, l’eau pure descend la montagne, desservant Revel au passage, puis franchit la vallée de l’Isère avant de remonter remplir un réservoir de 6  000 m3 situé sur la commune de Meylan au pied de la falaise du Saint-Eynard, et tout cela selon le principe des vases communicants, sans autre énergie.


Une idée simple en somme !

L'eau

Perchée à 933 mètres d’altitude dans le massif de Belledonne, la Source de la Dhuy est montagnarde par naissance.


Des névés, aux lacs puis en torrents et cascades, l’eau dévale les vallons du Domeynon, de la Lauzière et des Lacs Robert avant de converger et de plonger dans l’abîme de la grande cascade de l’Oursière.

Chaque commune vient raccorder son réseau communal aux partiteurs pour assurer la distribution à leurs habitants.

Le 13 avril  2010, un réservoir de 6000 m3 situé au Châtelard, sur la commune de Biviers est venu compléter le stockage.


Des réservoirs de stockage, l’eau est acheminée jusqu'à des bâtiments appelés "partiteurs" où s’arrête le rôle et la responsabilité du syndicat..